Aqme

AqME, c’est tout d’abord une histoire. Une histoire de près de 15 années. Une histoire de passion. Une passion indéfectible pour la musique. Une passion qui n’a eu de cesse de s’exprimer au cours de 6 albums, de centaines de concerts, de rencontres avec le public, de rencontres avec d’autres artistes, des joies immenses, des peines douloureuses, des challenges, des défis à relever… Une histoire humaine et artistique d’une rare intensité. Vraie.

Epithète, Dominion, épitaphe le 6ème album d’AqME est l’aboutissement sonore de cette histoire riche et sans concession.
 
EPITHETE
1996, un jeune batteur du nom d’Etienne cherche à créer un projet sérieux et passe une annonce dans un magazine de metal. La rencontre avec Ben (guitare) est l’acte fondateur d’un groupe qui deviendra AqME quelque temps après l’arrivée de Thomas. Charlotte se joint à eux en 2000. La machine AqME est en route. Le premier album du groupe, Sombres Efforts (2002), produit par Daniel Bergstrand (Meshuggah, In Flames) est un succès immédiat, se vend à plus de 40 000 exemplaires et marquera toute une génération en France, Belgique et ailleurs. Le groupe, entraîné dans la spirale folle des concerts montre un engagement sans faille et une volonté implacable d’aller au-devant d’un public toujours plus nombreux. Cet engagement live ne quittera plus les 4 d’AqME. Le groupe enchaîne alors albums et tournées sans discontinuer. Polaroïds et Pornographie sort en 2004, La fin des temps en 2005. Concerts, festivals, collaborations (avec Indochine notamment), le groupe est sur tous les fronts et commence à ressentir le besoin de souffler un peu.
 
L’année 2007 sera l’occasion pour les 4 de se recentrer sur eux-mêmes et de réaffirmer les fondements de leur musique. Hérésie, 4ème album d’AqME amorce une nouvelle phase dans la carrière artistique du groupe à bien des égards. Disque extrême et dense, Hérésie explose à la figure de l’auditeur, écrase toute résistance et réaffirme une intensité que le groupe veut plus que jamais au cœur de son expression artistique.
Plus qu’un choix, c’est un besoin pour un groupe qui désire toujours aller de l’avant et être en parfait accord avec lui-même. Hérésie scelle aussi la fin de la collaboration avec Ben.
 
DOMINION
Le moment est venu pour le groupe d’aller encore plus loin. L’arrivée de Julien (ex-Lazy) à la guitare est un véritable coup de fouet : les idées explosent, l’énergie est électrique, omniprésente, la créativité est bouillonnante. Le 5ème album du groupe, En l’honneur de Jupiter, pose définitivement les bases d’une musique décomplexée, sans limites, souhaitant aller toujours au-delà de ce qu’on attend d’AqME. Sans concession.
 
Le groupe se donne alors sans compter lors de puissants concerts, terribles cocktails de bruit, de fureur mais aussi de finesse. AqME a su se réinventer, s’émanciper, sans se perdre. Fort de cette philosophie, le groupe s’investit dans son 6ème album avec la ferme intention de se surpasser. Le travail est acharné. Epithète, Dominion, Epitaphe montre plus que jamais une implacable volonté de repousser et transcender les limites du metal et du rock. Produit par Magnus Lindberg (Cult of Luna), ce disque résonne comme une invitation à un voyage entre une brutalité inouïe et un raffinement de tous les instants. Fier de son héritage et de sa longue histoire, AqME continue d’affirmer haut et fort son indépendance et livre un son tel qu’on n’en a jamais entendu venant d’un groupe français.
 
A leur retour en France, bouleversement sans précédent : Thomas décide de quitter le groupe ! Charlotte, Etienne et Julien se retrouvent face à eux-mêmes. Après 12 ans d’existence, plus de 100 000 albums vendus, des centaines de dates, cet ultime rebondissement allait il avoir raison de ce groupe hors norme qui à tous les égards ne laisse personne indifférent et dont le parcours a marqué le rock français ? AqME : the end, rideau.
Epitaphe ? Renaissance ! AqME décide de dépasser le choc et intègre en son sein Vincent Peignart-Mancini (The Butcher’s Rodeo, Noswad). Véritable frontman à l’énergie débordante, Vincent est l’homme providentiel pour un groupe qui refuse d’intégrer dans son vocabulaire le mot abandon.
 
Vincent à leur côté, le sentiment qui les habite est inaltérable : AqME est plus fort que jamais.
 
EPITAPHE
Et si l’histoire ne faisait que commencer ?

Aralunaires 2014

Cette année encore, Les Aralunaires font confiance à press-play pour la réalisation de leurs vidéos. Nous sommes partenaire du festival les Aralunaires avec lesquels nous travaillons main dans la main.
 
Petite rétrospective des vidéos des Aralunaires 2013 à voir à cette adresse: https://www.youtube.com/user/aralunaires/playlists?sort=dd&shelf_id=5&view=50
 
Ne manquez pas les capsules, interviews et Zappings qui seront diffusés tous les jours via notre page facebook et notre site internet ainsi que sur ceux des Aralunaires.
 
Pour plus d'infos concernant le festival les Aralunaires, nous vous invitons à visiter leur site à cette adresse: http://www.aralunaires.be/
Vous pouvez également télécharger le programme complet au format PDF ici: http://www.aralunaires.be/images/programme_Aralunaires-20p-2014.pdf

Aralunaires 2014: Teaser N°1

L’ASBL Press Play est de retour cette année aux Aralunaires avec notre regard décalé et espiègle sur le festival. Ne manquez pas les capsules, interviews et autres vidéos inédites qui seront diffusées chaque jour sur le site des aralunaires et sur celui de press-play. Suivez-nous également sur les réseaux sociaux!
Nous avons créé une playlist sur notre page Youtube exclusivement pour ce festival! A visionner ici: YOUTUBE

Enthiz

Projet musical, pour le moins original, né dans la tête de deux Arlonais, Enthiz matérialisera sa première “Soundtrack of (y) our life” sur un vinyle dans les prochains mois.

L’univers musical d’Enthiz est pour le moins sombre. 
Ce projet musical que l’on doit à deux Arlonais, Nicolas Naramski de Nowina et Benjamin Wagner, a fait parler de lui en 2012 à raison d’une fois par trimestre. Sur Youtube, le groupe a diffusé à intervalles réguliers, un acte de sa “Soundtrack of (y)our life”,morceau de quatorze minutes mis en image. Les clips se veulent aussi sombres que la musique qu’ils portent. Depuis septembre, le binôme fédère quelques centaines de fans, venant de partout, sans s’être pour autant produit sur scène.“Des personnes qui se retrouvent simplement dans la musique que nous proposons ”, explique Nicolas Naramski de Nowina.
Le quatrième et dernier acte de ce premier opus a été mis en ligne le 15 juin dernier. Enthiz, dans les faits, s’est constitué il y a deux ans. “Depuis plusieurs années, nous avons multiplié les projets musicaux sur Arlon ”, explique Benjamin Wagner. Les deux musiciens sont aussi membres du groupe Inimikall. “C’est l’envie d’exprimer un univers particulier que nous partageons, en nous affranchissant de tout, qui nous a amenés à développer ce nouveau concept.
"On crée pour notre plaisir personnel.”
C’est en s’isolant pendant près d’un an que Benjamin et Nicolas ont su orchestrer leur univers “A travers la musique d’Enthiz, on a développé un projet très personnel, de la musique pour nous mêmes avant tout,dans laquelle nous pouvions y placer toutes nos hantises pour, en quelque sorte,les exorciser. Au départ, il n’y avait de volonté de diffuser quoique ce soit ”, assure Nicolas. “Le fait de créer cette musique, simplement, nous suffit”, ajoute Benjamin.
Les Arlonais, qui ont multiplié les sources d’inspiration dans le cinéma, la lecture, l’art en général ont concrétisé une bande-son cohérente et originale. Rapidement, la vidéo s’est imposée pour soutenir l’univers musical déployé. “Soundtrack of (y)our life ”, c’est la bande-son de nos existences, qui s’appuie sur une trame musicale dense, puissante et sombre, mêlant orchestrations électroniques sur fond de guitares lourdes et graves », explique Benjamin.Des passages acoustiques ou des moments plus planants viennent pondérer une déferlante électrique. Pas de chant,par ailleurs,sur cette bande son. “On y entend des voix électroniques qui récitent des réflexions philosophiques ou des extraits du roman “L’apparence de la mort ” de Michel Wagner, le père de Benjamin”, explique Nicolas. Si leur univers musical est noir, les deux musiciens ne broient pas du noir en permanence au quotidien. Bien au contraire même. “Chaque personne porte une part d’ombre en elle ”, ajoute Nicolas. C’est sans doute ce qui permet d’expliquer que, rapidement, le projet musical a parlé à un certain nombre de personnes. “Des personnes sont venues nous voir en nous disant qu’elles ne comprenaient pas. Il n’y a d’ailleurs pas forcément de choses à comprendre. D’autres, par contre, ont dit avoir tout compris et ont même trouvé des significations là où il n’y en a pas”, explique Nicolas. Comme cela, Enthiz offre la possibilité à chacun d’exorciser ses propres hantises. Les deux musiciens, qui ont fédéré une petite troupe autour de leur projet, notamment Maxime Martin et Stéphane Jean qui ont beaucoup travaillé sur le visuel, mais aussi plusieurs acteurs comme Vanille Naramska de Nowina, Christophe Bodet, Cynthia Lefèvre, Guillaume vacant
 
Aujourd'hui les 2 Arlonais travaillent sur un Live... Nous avons hâte de les voir sur scène dans les semaines/mois à venir!

Videos

{webplayer category=Enthiz}

Liens

Facebook: https://www.facebook.com/enthiz

Site: http://enthiz.be/

Abonne Toi

 

Partenaires

Dour

Localisation

  • Arlon
    Belgique